Logo-Resonances-Lyriques
Menu
Edmond, d’Alexis Michalik au théâtre de la Licorne à Cannes

Edmond, d’Alexis Michalik au théâtre de la Licorne à Cannes

vendredi 10 février 2023
Edmond © Alejandro Guerrero

Un soir de juin 2021, à Cannes, alors que les spectacles reprennent leurs droits après une longue diète covidienne, un homme invite une femme, rencontrée furtivement lors d’une soirée mondaine, à voir une pièce de théâtre : Edmond, d’Alexis Michalik, par la troupe Russalux au théâtre de la Licorne. Les deux protagonistes échangent leurs impressions à la tombée du rideau.
 
L’homme, enthousiaste.
Alors, comment avez-vous trouvé la pièce ?
 
La femme
Bien !
 
L’homme
Bien ?
 
La femme :
Oui. Bien !
 
L’homme
C’est tout ?
 
La femme, surprise de la question posée.
Oui.
 
L’homme
« Bien » !?  C’est tout !!!??? C’est tout ce que vous trouvez à dire ?
 
La femme , le voyant se décomposer, tente de le rassurer.
Euh… non, non, je voulais dire : c’était… très bien !
 
L’homme, piqué au vif. 
Très bien !?  Ah oui !   « Très bien » ! Ça c’est le comble ! Cette charmante dame assiste à un spectacle, pour lequel elle est gracieusement conviée qui plus est, et tout ce qu’elle trouve à dire en sortant, c’est… « bien », voire  « très bien » si affinités !!!
 
Ah ! non !  c’est un peu court, madame ! On pouvait dire… Oh ! Dieu !… Bien des choses en somme…
En variant le ton, par exemple, tenez :

Passionnée : « Quel rythme ! Quelle énergie ! Quel texte !  Quelle allure ! Quels costumes !  Quel aplomb ! Quelle verve !  Quelle surprise … En un mot : Quelle prouesse ! »
Humoristique : « C’était le meilleur spectacle de toute l’année, bien que ce fût le premier ! »
Illuminée : « J’en ai vu trente-six chandelles ! »
Blasée : « J’ai trop ri ! »
Romantique : « Edmond est définitivement un nom de génie. Alexandre Dumas s’en inspirait aussi pour son Dantès dans Le Comte de Monte-Cristo. Malheureusement, je n’ai pas encore rencontré le mien… Où es-tu, mon Edmond ? »
Nostalgique :  « Enfin un théâtre qui a su garder son âme originelle ! On n’en trouve plus de nos jours ».
Acariâtre : « Ils doivent leur succès au contexte. Sans cette année d’arrêt du fait de la crise sanitaire, la pièce n’aurait jamais si bien marché ! »
Ambitieuse : « C’est dans cette troupe que je veux jouer ! »
Désabusée : « Rien de nouveau. On tourne en boucle. Mieux vaut applaudir le vrai Edmond. On ne copie pas un maître. On s’en inspire ! »
Fougueuse : « C’est grand ! C’est géant ! C’est gigantesque !  Que dis-je, c’est gigantesque : c’est un chef-d’œuvre !!! »
Fatiguée : « Trop d’énergie ! Trop de mouvement ! Toute cette agitation a perturbé mon doux délassement ! »  
Handicapée : « Moi qui souffre de douleurs aux mains, j’ai applaudi avec force sans la moindre gêne ! »
Féminine : « Un pur bijou ! »
Prétentieuse : « Je vous réserve un article de ma veine, vous le méritez. »
Sensuelle : « Encore ! »
Conquise : « Monsieur, cette invitation si finement choisie, flatte mon cœur. Vous m’en voyez toute chose… »
Conquérante : « Ce jeune premier aime-t-il les roses ? »
Asthmatique : « Ça m’a donné de l’oxygène ! »
Rêveuse : « Vous m’avez parlé ? Pardon, j’étais encore sur scène… »
Têtue : « J’amènerai mon fils. Lui qui n’aime pas le théâtre, cette fois-ci, changera d’avis ! »
Émotive : « Du début à la fin de l’envoi, cette pièce me touche ! Je ris, je pleure, je mouche !… »
Littéraire : « Voulez-vous que ma plume vous prête ses égards ? Vous l’avez séduite ! »
Survivante : « J’avais le covid, cette pièce m’a guérie. Je me sens soudain mieux ! »
Admirative : (il mime un personnage bouche bée).
Reconnaissante : « Monsieur, vous avez éclairé mon commun quotidien. Confiez-moi votre adresse que je vous rende hommage. »
Cavalière : « L’auteur de ce texte est-il en couple ? »
Enthousiaste : « Où se trouvent les loges que je félicite l’auteur de cet éloge ? »
Conventionnelle : « Je vais prendre un abonnement. Ce théâtre semble être une bonne pointure. »
Hyper-sensible : « Où suis-je ? Qui suis-je ? Où allais-je déjà ? »
Intellectuelle : « Où peut-on se procurer le texte de cette œuvre ? »
Renversée : « Que faire après un tel spectacle ? Se pendre ou s’engager ! »
Curieuse : « Je me demande à quelle source l’auteur puise son inspiration… »
Spirituelle : « Cette pièce est un don de Dieu ! »
Sportive : « Enfin une prestation qui a du muscle ! »
Idéaliste : « Vu le succès de la pièce, s’ils tournent encore cet été, ils en feront tous bientôt leur métier ! »
Entreprenante : « Mesdames et messieurs, je vous engage ! »
Jalouse : « Ordinaire. Demain, il n’en restera rien. »
Espiègle : « Ciel, quel panache ! »
   Voilà ce qu’à peu près, ma chère, vous m’auriez dit Si vous aviez un peu de lettres et d’esprit.
 
Ce disant, il lui rit au « nez » et s’enfuit.
 
 
Un soir de février 2023, à Antibes, quelqu’une l’aurait vu inviter un homme, rencontré furtivement lors d’une soirée mondaine, à voir la dernière pièce d’Alexis Michalik : Une histoire d’amour, au théâtre Anthéa … Ils auraient, selon ses dires, embrassé du regard toute la scène du spectacle… (1)
 
Nathalie AUDIN
10 février 2023
  (1) Voir l’article Une histoire d’amour d’Alexis Michalik : http://www.resonances-lyriques.org/fr/chronique-detail/chroniques-musique/1263-une-histoire-damour-dalexis-michalik-au-theatre-anthea-dantibes.cfm

Imprimer
Cookies
Nous utilisons des cookies. Vous pouvez configurer ou refuser les cookies dans votre navigateur. Vous pouvez aussi accepter tous les cookies en cliquant sur le bouton « Accepter tous les cookies ». Pour plus d’informations, vous pouvez consulter notre Politique de confidentialité et des cookies.